TikTok, la populaire application sous respirateur artificiel!

Partagez sur les réseaux sociaux

Le 15 octobre 2020 Par Richard DesRochers
L’interdiction de TikTok du département du commerce américain devrait entrer en vigueur à 23 h 59 HE ce dimanche. Toutefois, un avocat de l’application de partage de vidéos de courte durée appartenant à des Chinois a fait valoir lors de l’audience que l’interdiction était « sans précédent » et « irrationnelle » et demande une injonction. Le juge examinait les affirmations de l’administration Trump selon lesquelles TikTok, propriété chinoise (ByteDance), constituait une menace pour la sécurité nationale. Bref, qu’en est-il vraiment? Plusieurs croient à un autre coup d’éclat de Donald Trump.
 
TikTok propulsée par le confinement
 
Presque inconnue du grand public, l’application a connu une montée sans précédent pendant nos semaines de confinement du printemps dernier. Il faut se le dire, l’application et surtout l’algorithme de diffusion de contenu sont absolument incroyables. TikTok permet notamment à presque tout le monde d’être automatiquement subjugué par les nombreux contenus. Bref, l’application utilise les mêmes zones physiologiques et psychologiques que si on jouait à la loterie, pour nous faire découvrir du nouveau contenu.
 
La polémique de Trump
 
À mots couverts, la réelle polémique autour de l’application est une question d’argent. Les géants américains de la technologie comme Facebook et Snapchat considèrent TikTok comme une menace concurrentielle. La plate-forme attire des dizaines de millions d’utilisateurs américains et des centaines de millions dans le monde. 
 
Donc, des pertes substantielles en revenus et une réelle perte du monopole qu’exerce Facebook à travers le monde. Or, pour faire disparaître TikTok, l’administration Trump s’est affairé à monter un dossier contre le géant chinois et surtout à les attaquer sous le couvert de la sécurité nationale. Bref, l’administration Trump a encore réussi à créer la surprise dans une économie qu’on croyait maintenant à tort la plus libre du monde. Enfin, il est à noter que l’application WeChat tomberait sous le même décret.